Josemaría Escrivá Obras
72

L'attitude des disciples. de Jésus envers l'aveugle de 72 naissance nous surprenait au début. En fait ils agissaient selon ce proverbe déplorable: “ pense le mal et tu auras deviné juste . Plus tard, quand ils connurent mieux le Maître, quand ils se rendirent compte de ce qu'être chrétien signifiait, leurs jugements furent empreints de compréhension.

Il y a en chaque homme, écrit saint Thomas d'Aquin, un aspect qui peut le faire passer pour supérieur aux yeux des autres selon ces mots de l'Apôtre: “ chacun par l'humilité estime les autres supérieurs à soi (Ph 2, 3). En conséquence de quoi tous les hommes doivent se respecter mutuellement. L'humilité est la vertu qui amène à découvrir que les marques de respect envers la personne, envers son honneur, sa bonne foi, son intimité, ne sont pas le fruit d'une superficialité conventionnelle, mais sont les premières manifestations de la charité et de la justice.

La charité chrétienne ne se borne pas à secourir celui qui a besoin de biens matériels; elle vise avant tout à respecter et à comprendre chacun, pris individuellement, et à respecter sa dignité intrinséque d'homme et d'enfant du Créateur. C'est pourquoi toute atteinte à la personne, à sa réputation, à son honneur révèle, chez ceux qui s'en rendent coupables, l'ignorance ou l'absence de mise en pratique de certaines vérités de notre foi chrétienne et, en tout cas, l'absence d'un véritable amour de Dieu. La charité avec laquelle nous aimons Dieu et notre prochain est une seule et même vertu, parce que Dieu est précisément la raison pour laquelle nous aimons notre prochain et parce que nous aimons Dieu quand nous aimons notre prochain avec charité.

J'espère que nous serons capables de tirer des conséquences très concrètes de ce moment de conversation en la présence du Seigneur. Et d'abord la résolution de ne pas juger autrui, de ne pas l'offenser, ne serait-ce que par le doute, de noyer le mal dans une abondance de bien, en répandant autour de nous la loyauté, la justice et la paix dans les relations humaines.

Prenons également la décision de ne jamais nous attrister si certains mettent en doute la droiture de notre conduite, s'ils interprètent de façon erronée le bien qu'avec l'aide continuelle du Seigneur nous nous efforçons de réaliser, et si, jugeant mal nos intentions, ils nous prêtent de mauvais desseins et une conduite malhonnête et hypocrite. Pardonnons toujours, le sourire aux lèvres. Parlons clairement, sans rancoeur, lorsque nous estimons, en conscience, que nous devons parler. S'il s'agit d'attaques personnelles, pour brutales et indignes qu'elles soient, remettons tout entre les mains de Dieu notre Père, dans un silence divin: Iesus autem tacebat, Jésus se taisait. Préoccupons-nous seulement de faire le bien, car c'est Lui qui se chargera de le faire briller devant les hommes.

Précédent Voir le chapitre Suivant