Josemaría Escrivá Obras
74

Ce langage n'est-il pas devenu désuet? Ou plutôt ne l'avons-nous pas modifié selon les circonstances en l'adaptant à notre faiblesse personnelle, que nous avons dissimulée sous un langage pseudo-scientifique ? N'y a-t-il pas accord tacite pour affirmer que les vrais biens sont: l'argent, qui permet de tout acheter; le pouvoir temporel; l'astuce qui permet de demeurer haut-place; la sagesse humaine soit-disant adulte, qui pense avoir “ dépassé le sacré.

Nous qui sommes chrétiens, nous avons un désir d'amour que nous avons librement accepté, en réponse à l'appel de la grâce divine: une obligation qui nous incite à nous battre avec ténacité, parce que nous savons que nous sommes aussi faibles que les autres hommes. Mais, en même temps, nous ne pouvons pas oublier que, si nous y mettons les moyens, nous serons le sel, la lumière et le levain du monde: nous serons la consolation de Dieu.

Notre volonté de poursuivre, avec opiniâtreté, cet objectif d'Amour est aussi un devoir de justice, et cette exigence se traduit pour vous, comme pour tous les fidèles, par une bataille continuelle. Toute la tradition de l'Eglise a qualifié les chrétiens de milites Christi, de soldats du Christ. Des soldats qui communiquent la sérénité aux autres, tout en combattant continuellement contre leurs mauvaises inclinations personnelles. Parfois, par manque de sens surnaturel, par une incrédulité pratique, on repousse l'idée que la vie sur terre est un combat. On insinue avec malice que, si nous nous prenons pour des soldats du Christ, nous courons le risque d'utiliser la foi dans des buts temporels de violence et sectaires. Cette façon de penser est une triste simplification, peu logique, et trop souvent inspirée par la commodité et la lâcheté.

Rien n'est plus éloigné de la foi chrétienne que le fanatisme, qui apparaît dans les étranges unions, sous quelque bannière que ce soit, du profane et du spirituel. Ce danger n'existe pas si la lutte est comprise comme le Christ nous l'a enseigné: une lutte personnelle contre soi-même, accompagnée de l'effort, sans cesse renouvelé, pour aimer Dieu davantage, pour déraciner l'égoïsme, pour servir tous les hommes. Renoncer à ce contenu, sous n'importe quel prétexte, c'est se déclarer battu d'avance, annihile, sans foi, c'est accepter d'avoir l'âme déchue, perdue dans de mesquines complaisances. Pour le chrétien, le combat spirituel, sous le regard de Dieu et de tous ses frères dans la foi, est une nécessité, une conséquence de sa condition. C'est pourquoi, si quelqu'un ne lutte pas, il trahit Jésus-Christ et, avec Lui, tout son Corps Mystique, qui est l'Eglise

Précédent Voir le chapitre Suivant