Josemaría Escrivá Obras
78

Quand on veut vraiment lutter, on met en oeuvre les moyens appropriés. Et les moyens n'ont pas changé en vingt siècles de christianisme: prière, mortification, et fréquentation des sacrements. Comme la mortification est aussi une prière — la prière des sens —, nous pouvons définir ces moyens en deux mots: prière et sacrements.

J'aimerais considérer avec vous maintenant les Sacrements. C'est pour nous la source de la grâce divine et la merveilleuse manifestation de la miséricorde de Dieu à notre égard. Méditons lentement la définition que nous donne le Catéchisme de saint Pie V: Certains signes sensibles qui produisent la grâce, en même temps qu'ils la représentent et la mettent sous nos yeux. Dieu Notre Seigneur est infini; son amour est inépuisable, sa clémence et sa pitié à notre égard n'ont pas de limites. Il nous concède sa grâce de bien d'autres manières, et pourtant Il a institué, expressément et librement — Lui seul pouvait le faire —, ces sept signes efficaces pour que, d'une manière permanente, simple et à la portée de tous, nous puissions participer aux mérites de la Rédemption.

Si l'on abandonne les sacrements, la vraie vie chrétienne disparaît Et pourtant il est assez évident que certains, particulièrement de nos jours, semblent oublier, et même mépriser, ce courant rédempteur de la grâce du Christ. Il est douloureux d'évoquer cette plaie de la société qui se dit chrétienne, mais c'est nécessaire pour que s'affirme dans nos âmes le désir d'user avec davantage d'amour et de gratitude de ces sources de sanctification.

Sans le moindre scrupule, on décide de retarder le bapteme des nouveaux-nes. C'est une grande atteinte à la justice et à la charité, car on les prive ainsi de la grâce de la foi, du trésor inestimable de l'inhabitation de la Sainte Trinité dans l'âme, qui vient au monde entachée du péché originel. On prétend aussi dénaturer le sacrement de la Confirmation, dans lequel la Tradition unanime a toujours vu un affermissement de la vie spirituelle, une effusion silencieuse et féconde de l'Esprit Saint pour que, surnaturellement fortifiée, l'âme puisse lutter — miles Christi, tel un soldat du Christ — dans la bataille intérieure contre l'égoïsme et la concupiscence.

Si l'on a perdu le sens des choses de Dieu, il est difficile de comprendre le sacrement de la Pénitence. La confession sacramentelle n'est pas un dialogue humain, mais un colloque divin; c'est un tribunal de justice, sûr et divin, et surtout un tribunal de miséricorde où siège un juge très aimant qui ne désire pas la mort du pécheur mais veut qu'il se convertisse et vive.

La tendresse de Notre Seigneur est vraiment infinie. Regardez avec quelle délicatesse Il traite ses enfants. Il a fait du mariage un lien sacre, image de l'union du Christ et de son Eglise, un grand sacrement sur lequel se fonde la famille chrétienne, qui doit constituer, avec la grâce de Dieu, un milieu plein de paix, de concorde, une école de sainteté. Les parents sont les collaborateurs de Dieu. D'où l'aimable devoir qu'ont les enfants de vénérer leurs parents. Le quatrième commandement mérite bien d'être appelé, comme je l'ai écrit il y a longtemps, le plus doux précepte du décalogue. Si l'on vit le mariage saintement, comme Dieu le veut, le foyer sera un refuge de paix, lumineux et joyeux.

Précédent Voir le chapitre Suivant