Josemaría Escrivá Obras
84

Comme on comprend bien, maintenant, la clameur 84 incessante qu'ont fait monter les chrétiens, en tout temps, devant l'Hostie Sainte! Chante, ô ma langue, le mystère de ce Corps glorieux, ainsi que du précieux Sang que versa — rançon du monde — le Fils de la Vierge Féconde, le Roi éternel des Peuples. Il faut adorer avec dévotion ce Dieu caché: c'est le même Jésus-Christ qui naquit de la Vierge Marie; le même qui souffrit et fut immolé sur la Croix; le même dont le côté transpercé répandit du sang et de l'eau.

Voilà le banquet sacré où l'on reçoit le Christ Lui-même; la mémoire de la Passion se renouvelle, et, avec Lui, l'âme parle intimement à son Dieu et possède un gage de la gloire à venir.

La liturgie de l'Eglise a résumé, en strophes brèves, les chapitres suprêmes de l'histoire de l'ardente charité que le Seigneur nous dispense.

Le Dieu de notre foi n'est pas un être lointain, qui contemple avec indifférence le sort des hommes: leurs aspirations, leurs luttes, leurs angoisses. C'est un Père qui aime ses enfants au point d'envoyer le Verbe, Seconde Personne de la Très Sainte Trinité, pour que, en s'incarnant, Il meure pour nous et nous rachète. C'est ce même Père aimant qui nous attire maintenant doucement vers Lui, par l'action du Saint-Esprit qui habite en nos coeurs.

La joie du Jeudi-Saint vient de là: du fait de comprendre que le Créateur a débordé d'affection pour ses créatures. Notre Seigneur Jésus-Christ, comme si toutes les autres preuves de la miséricorde n'avaient pas été suffisantes, institue l'Eucharistie pour que nous puissions L'avoir toujours près de nous et parce que — dans la mesure où nous pouvons comprendre pousse par son Amour qui pourtant n'a besoin de rien, Il ne veut pas se passer de nous. La Trinite s'est éprise de l'homme, élevé à l'ordre de la grâce et fait à son image et ressemblance; Elle l'a racheté du péché du péché d'Adam, qui est retombé sur toute sa descendance, et des péches personnels de chacun — et Elle désire vivement demeurer dans notre âme: celui qui m'aime observera ma doctrine et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui et nous ferons chez lui notre demeure.

Précédent Voir le chapitre Suivant