Josemaría Escrivá Obras
89

Nous écoutons maintenant la Parole de l'Ecriture, l'Epître et l'Evangile, lumières du Paraclet, qui parle en langage humain pour que notre intelligence comprenne et contemple, pour que notre volonté se fortifie et que l'action s'accomplisse. Parce que nous sommes un seul peuple qui confesse une seule foi, un Credo; un peuple rassemblé dans l'unité du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Ensuite, l'offrande: le pain et le vin des hommes. C'est peu, mais la prière l'accompagne: reçois-nous en ta présence, Seigneur, avec un esprit d'humilité et le coeur contrit; et que le sacrifice que nous t'offrons aujourd'hui, Seigneur, arrive en ta présence de telle sorte qu'il te soit agréable. Le souvenir de notre misère nous envahit de nouveau, ainsi que le désir que tout ce qui va au Seigneur soit propre et purifie: je laverai mes mains, j'aime le décor de ta maison.

Il y a un instant, avant le lavabo, nous avons invoque le Saint-Esprit, et nous lui avons demandé de

bénir le sacrifice offert à son Saint Nom. La purification une fois achevée, nous nous adressons à la Trinité — suscipe, Sancta Trinitas — pour qu'Elle accueille ce que nous présentons en mémoire de la vie, de la Passion, de la Résurrection et de l'Ascension du Christ, en l'honneur de Marie, toujours Vierge, en l'honneur de tous les saints.

Que le sacrifice serve au salut de tous — Orate, fratres, supplie le prêtre — car mon sacrifice est le vôtre, celui de toute l'Eglise. Priez, mes frères, même si vous n'êtes qu'un petit nombre; même s'il n'y a qu'un seul chrétien qui soit présent, et même si le célébrant est seul: parce que toute Messe est l'holocauste universel, le rachat de toutes les tribus, de toutes les langues, de tous les peuples et de toutes les nations.

Tous les chrétiens, par la communion des saints, reçoivent les grâces de chaque Messe, qu'elle soit célébree devant des milliers de personnes ou seulement devant un enfant de choeur distrait. Dans tous les cas, la terre et le ciel s'unissent pour entonner avec les anges du Seigneur: Sanctus, Sanctus, Sanctus... J'applaudis et je m'unis à la louange des anges: cela ne m'est pas difficile, parce que je me sais entouré d'eux quand je célèbre la Sainte Messe. Ils sont en train d'adorer la Trinité. De même que je sais aussi que la Très Sainte Vierge intervient, en quelque sorte, en raison de son union intime avec la Très Sainte Trinite, et parce qu'elle est mère du Christ, de sa Chair et de son Sang: mère de Jésus-Christ, Dieu parfait et Homme parfait. Jésus-Christ, conçu dans le sein de Sainte Marie sans l'intervention d'un homme, par la seule vertu du Saint-Esprit, possède le Sang même de sa mère et c'est ce Sang qui est offert en sacrifice rédempteur au Calvaire et à la Sainte Messe.

Précédent Voir le chapitre Suivant