Josemaría Escrivá Obras
135

Si ton imagination bouillonne, si elle te centre sur toi-même, elle engendre des situations illusoires, des situations qui, d'ordinaire, ne sont pas compatibles avec ton chemin, qui te distraient stupidement, te refroidissent et t'écartent de la présence de Dieu. — Vanité! Si ton imagination revient sur les autres, tu tombes facilement dans la tentation de juger, alors que ce n'est pas ton rôle, et tu interprètes de façon terre à terre et peu objective leur comportement: jugements téméraires! Si ton imagination papillonne autour de tes propres talents et de tes manières de dire, ou sur le climat d'admiration que tu éveilles chez les autres, tu t'exposes à perdre ta droiture d'intention et à donner prise à l'orgueil.

     D'ordinaire, on perd son temps quand on laisse courir son imagination. Mais, en outre, quand on ne la domine pas, elle ouvre la voie à toute une kyrielle de tentations volontaires.

     — N'abandonne pas un seul jour ta mortification intérieure!

Précédent Voir le chapitre Suivant