Josemaría Escrivá Obras
146

Comment vas-tu sortir de cet état de tiédeur, de langueur lamentable, si tu n'y mets pas les moyens ? Tu luttes très peu et, quand tu fais un effort, tu le fais comme par colère et par malaise, presque avec le désir que tes faibles efforts ne produisent pas d'effet, pour t'autojustifier. Pour ne pas exiger plus de toi-même et pour que l'on n'exige pas davantage de toi.

     — Tu es en train de faire ta volonté: et non pas celle de Dieu. Tant que tu ne changeras pas sérieusement, tu ne seras pas heureux et tu n'obtiendras pas la paix qui te manque maintenant.

     — Humilie-toi devant Dieu, et essaie de vouloir pour de bon.

Précédent Voir le chapitre Suivant