Josemaría Escrivá Obras
461

Nous avions fait notre prière de l'après-midi en pleine campagne, à l'approche de la tombée de la nuit. Nous devions avoir une attitude un peu curieuse, pour un spectateur non averti: assis par terre, dans un silence qu'interrompait seulement la lecture de quelques points de méditation.

     Cette prière faite dans un champ — "on y mettait du sien" — pour tous ceux qui venaient avec nous, pour l'Eglise, pour les âmes, s'est montrée agréable au Ciel et féconde: n'importe quel endroit est propice à une telle rencontre de Dieu.

Précédent Voir le chapitre Suivant