Josemaría Escrivá Obras
509

Tu sais bien que le travail est urgent, et qu'une seule minute accordée au laisser-aller suppose que du temps est soustrait à la gloire de Dieu. — Qu'attends-tu alors pour profiter consciencieusement de tous les instants? En outre je te conseille de considérer si ces minutes que tu as en trop, tout au long de ta journée — additionnées, elles font des heures! — ne relèvent pas du désordre ou de la fainéantise.

Précédent Voir le chapitre Suivant