Josemaría Escrivá Obras
649

J'aime comparer la vie intérieure à un vêtement, à l'habit de noce dont parle l'Evangile. Le tissu se compose de chaque habitude ou pratique de piété qui, telles des fibres, font la solidité de la toile. Et tout comme un accroc enlève de la valeur à un costume, même si le reste est en bon état, de même si tu pratiques la prière mentale, si tu travailles..., mais qu'il te manque la pénitence (ou l'inverse) ta vie intérieure pour ainsi dire n'est pas accomplie.

Précédent Voir le chapitre Suivant