Josemaría Escrivá Obras
651

Tu laisses parfois éclater ton mauvais caractère: en plus d'une occasion il affleure, avec une dureté extravagante. D'autres fois, tu ne cherches pas à amender ton coeur et ta tête, pour que la Très Sainte Trinité y trouve sa douce demeure... Et toujours, tu finis par te retrouver un peu loin de Jésus, Lui que tu connais si mal...

     — De la sorte, tu n'auras jamais de vie intérieure.

Précédent Voir le chapitre Suivant