Josemaría Escrivá Obras
698

On a méconnu ce que tu appelles ton "droit", ce que je t'ai retraduit par ton "droit à l'orgueil"... Pauvre nigaud! L'agresseur était puissant: tu ne pouvais te défendre et tu as éprouvé la douleur de cent soufflets. — Et, malgré tout, tu n'apprends pas à t'humilier.

     Maintenant c'est ta conscience qui t'accuse d'être orgueilleux... et lâche. — Rends grâce à Dieu, parce que tu commences à entrevoir ton "devoir d'humilité".

Précédent Voir le chapitre Suivant