Josemaría Escrivá Obras
867

Le violent perd toujours, même s'il gagne la première bataille..., parce qu'il finit prisonnier de la solitude que son incompréhension a créée.

Précédent Voir le chapitre Suivant